Consommation de substances psychoactives par les jeunes chômeurs : points de vue croisés des professionnels de l’insertion et de leurs « usagers » - Cnam - Conservatoire national des arts et métiers Access content directly
Journal Articles Bulletin de psychologie Year : 2021

Consumption of Psychoactive Substances by unemployed young People: Perspectives of Integration Professionals and their “users”

Consommation de substances psychoactives par les jeunes chômeurs : points de vue croisés des professionnels de l’insertion et de leurs « usagers »

Abstract

This article reports on research into the meaning and functions of the use of psychoactive substances by young people in employment support systems, in relation to their experiences of unemployment. These behaviors were explored on the basis of semi-directive individual interviews with integration professionals (24), by mobilizing a collective device installed in a local mission (a “health café”), and by using the Photolangage method (1 information meeting and 2 work meetings with 10 youngs participants). The lack of exchange and recognition of the meaning of using SPAs is due to a paradoxical congruence between the avoidance of users and professionals : both contribute to masking the hardships of unemployment and the functions of the regulated uses of SPAs. The consumption of substances serves to mask the difficulties experienced and their traces, just as the professionals and the preventive policies mask the role of forced non-work in substance use. The risk of pathologization and medicalization of the social environment could be prevented by offering frameworks for collective expression and discussion in order to help lift the taboo and transform the deficient and stigmatising representations of these “socially excluded” young people.
Cet article rend compte d’une étude exploratoire portant sur le sens et les fonctions des consommations de substances psychoactives par les jeunes suivis dans des dispositifs d’accompagnement à l’emploi, en lien avec les expériences du chômage. L’exploration de ces conduites a été réalisée à partir d’entretiens individuels semi-directifs avec des professionnels de l’insertion (24) et en mobilisant un dispositif collectif installé dans une mission locale (un « café santé ») et en utilisant la méthode Photolangage (1 réunion d’information et 2 réunions de travail avec 10 participants jeunes au total). Le défaut d’échanges et de reconnaissance du sens des usages des substances psychoactives tient à la congruence paradoxale entre les évitements des usagers et des professionnels : les uns comme les autres contribuent à masquer les épreuves du chômage et les fonctions des usages réglés de substances psychoactives. Les consommations de produits servent à masquer les difficultés éprouvées et leurs traces, comme les professionnels et les politiques préventives masquent le rôle du non-travail forcé dans ces usages. Le risque de pathologisation et de médicalisation du social pourrait être prévenu par l’offre de cadres d’expression et d’élaboration collective afin d’aider à la levée du tabou et à transformer les représentations déficitaires et stigmatisantes de ces jeunes « en insertion ».

Domains

Psychology
No file

Dates and versions

hal-03267452 , version 1 (22-06-2021)

Identifiers

Cite

Sébastien Ladreyt, Joëlle Mezza. Consommation de substances psychoactives par les jeunes chômeurs : points de vue croisés des professionnels de l’insertion et de leurs « usagers ». Bulletin de psychologie, 2021, 572 (2), pp.117-127. ⟨10.3917/bupsy.572.0117⟩. ⟨hal-03267452⟩
47 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More